Un an sans tatamis ….

Amis aikidokas, et autres bien sûr ….

Photo b Julien à Osaka la vie est plus forte

Un an que nous avons été éloignés de nos dojos, un an où nous avons été  secoué par une  expression de la vie, un an où  cette petite particule virale a fait  tourbillonner  notre humanité, un an à l’écoute d’un monde fragile . Que de dérives haineuses  loin des préceptes de notre discipline .

Alors que faire, bien sûr  vous l‘avez compris  ce n’est pas le virus  le problème c’est nos agissements, loin de vous apporter une réponse  voici ma réflexion personnelle que je vais essayer  d’enrichir de ma pratique ….

 Quel choc,  cette phrase:  “ nous sommes  en guerre “  En guerre ?  Vite camarade, où est l’ennemi ?  Analysons  son comportement , ses intentions , ses ouvertures, mesurons  ses  capacités , sa réaction , préparons la paix , oui la paix en canalisant  son engouement à nous détruire …..

Mais où est il,  qui est il ?

 Devant, les plus aptes à l’affronter déclament  le manque de moyens, alors bien sûr si nous sommes en guerre,  notre collectivité humaine va tout faire  pour nous sauver… créer des lits,  trouver des masques et surtout  nous instruire à la guerre face à cet ennemi qui en veut à la vie de nos anciens ….

La suite vous la connaissez “terrez-vous”  dans vos trous, faites nous confiance …Cette gestion ne nous permet pas d’agir, de s’occuper des plus faibles… Du confinement au couvre-feu, entre deux, les questionnements  fusent  dans  nos têtes et  les médias s’en  donnent à coeur joie  car notre inquiétude est vendeuse..

Les égos des uns et des autres prennent aussi les écrans  d’assaut,  certains se font un plaisir de jouir du  pouvoir au nom de la guerre . 

Guerre, martialité …c’est vrai que  notre  art est bien issu de ces racines … Mais j’ai lu et relu les principes  du maître fondateur, révisé mes mouvements de base, l’aïkido est bien un art généreux pour pacifier et trouver une harmonie …

Ha! le mot est lâché, harmonie  énergie, n’est-ce pas là une illusion?

Fait-on de l’aïkido pour maîtriser, dominer, grâce à des déséquilibres de force, à une maîtrise de soi  et des énergies …

Grâce à mes 40 années de tatamis, suis-je  devenu un être fort indestructible ? …. Patatras   (et je m‘en doutais un peu) un simple petit virus  et me voilà confronté à ma faible humanité …

Alors me direz vous  et ce conflit annoncé pour nous les guerriers des gymnases, est-ce le  moment  de se prouver ….

 Bien sûr que non, vous l’avez compris cette guerre n’est pas, car on ne se bat pas contre un ennemi, le virus est là comme des millions d’autres. 

 Mais la vraie  guerre  ne doit pas être occultée car aujourd’hui elle profite de ce trouble …. 

  J’affirme que l’on se bat pour le  bonheur des uns et des autres, contre la faim dans le monde, contre la cupidité qui empoisonne  notre système, notre nourriture, nos relations,   pour notre planète  ….

 Cette  gestion du covid  nous prive de notre pratique, c’ est un fait, mais elle ne  doit pas nous priver  de nos liens avec notre pratique . 

Camarade de tatamis, un an pour faire le point  c’est pas mal et si j’ai envie de partager avec  vous mes réflexions, c’est qu’ensemble comme dans le dojo  nous nous enrichissons grâce à cette magnifique expérience corporelle qu’est l’aïkido.

En tant que  transmetteur  de celle-ci, cette crise, ce combat, m’oriente avec plus de détermination  pour que l’aïkido soit un moment pour vous, pour moi pour nous aider à simplement aborder nos cheminements avec joie.

Des perturbations il y en a tous les jours et lors du salut devant le Kamisa tout mon être tremble sur mes genoux arthrosés  pour me dire: “une 1h et 30 minutes, suis je à la hauteur” ..Mais il se passe un truc….. Entre nous, en essayant de garder mes convictions l’aïkido me parle au fond de mon oreille :

” t’inquiètes pas la vie c’est un rire d’enfant dans l’univers”, alors je vous retrouve et ensemble nous travaillons, les mouvements  de nos corps se relient à ceux de nos coeurs, naît alors un lien avec ce grand univers et l’aïkido fait le reste  !….Le vent sort de nos bouches  et  de ce souffle naît alors une vraie harmonie  proche de la créativité étonnamment forte . Certain appelle cela l’amour,  moi je n’en sais encore rien, je dirai l’expression de la vie  face à la morbidité  et ça c’est déjà une belle victoire camarade !   

 Au plaisir de vous revoir sur un tatami dès que possible  ou de vous lire.

Amicalement  et sportivement ,  

Votre dévoué Bernard JULIEN 

Share Button
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.